MURA

MURA

Création 2020 pour une jongleuse, une trapéziste, une équilibriste et un mur.

L’objectif de notre création est un spectacle d’environ 40 minutes pour l’espace publique qui soit perméable au territoire.
L’idée est d’écrire un canevas de spectacles qui puissent être repensés à chaque fois en fonction du mur choisi.
Nous voulons jouer avec les limites visibles et invisibles du quotidien et pour ça, nous voulons utiliser un mur, une clôture électrique pour moutons, des panneaux de signalisation,...
Le public est invité à se déplacer au fur et à mesure, en fonction des nouveaux espaces créés avec les différents éléments.
La danse et le cirque (jonglage, équilibre, trapèze) seront nos langages communs.
Le concept de manipulation sera notre sous-texte.
Spectatrices de l’aménagement actuel des villes et des cloisons qui y poussent un peu partout, nous nous questionnons sur le besoin réel de diviser les espaces publiques.





Les limites sont des éléments marquants du paysage, aussi bien en zone urbaine qu’en zone rurale.
Mura sera un spectacle dans l’espace public, un temps où le spectateur vit l’expérience de la limite et de la délimitation. Cette création découle de notre questionnement sur la manière dont l’humain a pris l’habitude de segmenter l’espace. Pour le sécuriser ou le posséder ou l’organiser….
Comment notre chemin et nos parcours sont-ils influencés par ces délimitations ? Qu’elle influence cela a sur notre quotidien et notre vision du monde ? Comment appréhendons-nous ce cloisonnement ?
Nous partons à la recherche d’une écriture qui met en perspective les contradictions de ces limites, ou le spectateur glisse de l’état d’observateur à l’état de sujet. Nous souhaitons trouver une dramaturgie où cohabitent l’absurde et le tragique ; pour pouvoir mettre en lumière, sans la nommer, la réalité actuelle où les arbres sont parqués ensemble côte à côte et les hommes, séparés par des murs.
L’enjeu réside à suggérer, ne pas souligner, et faire vaciller la position du spectateur. Après avoir regardé des personnes mettant en scène leur incapacité à traverser une limite, il constate qu’il a été lui-même mis dans cet espace structuré sans qu’il n’émette aucune résistance ou bien qu’il ne s’en soit aperçu.
Nous sommes conscientes d’avoir l’envie de faire un spectacle intelligent (au risque de paraître prétentieux…) mais pas pour autant intellectuel.
Nous allons nous appliquer à farfouiller pour trouver cette écriture et le registre qui convienne à notre propos, tout en refusant de créer une pièce élitiste. Nous souhaitons que notre création entraine le spectateur à son insu à vivre ce qu’il était initialement venu observer. C’est là que réside l’intelligence.
Ce spectacle veut amener un regard poétique sur les limites visibles et invisibles qui font partie de notre quotidien.